Skip to content

AUTORÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE

L'autoréglementation professionnelle est la réglementation de la profession par ses membres.

EXIGENCES ET DEVOIRS

Le principal devoir d’un organisme de réglementation est de servir et de protéger les intérêts du public.

La législation entourant les responsabilités et les pouvoirs d’un organisme de réglementation et prévoyant les règles de la pratique professionnelle en service social existe dans toutes les provinces canadiennes. La législation provinciale prévoit les exigences pour l’adhésion auprès des organismes de réglementation et la réception, le traitement et la disposition des plaintes relatives au comportement de ses membres.

En ce qui concerne la responsabilité de réglementation de la profession, les codes d’éthique et les standards sont développés afin d’encadrer la pratique. Les standards de pratiques et les codes d’éthique varient selon les autorités réglementaires en ce qui a trait au degré de spécificité et à savoir s’ils s’appliquent à tous les praticiens ou uniquement à certaines catégories de praticiens.

ORIENTATIONS COMMUNES

Bien qu'il y ait des différences au niveau des exigences auxquelles un candidat doive répondre afin d’être un travailleur social dûment accepté par un organisme de réglementation, les exigences les plus communes peuvent inclure:

  • un formulaire de demande d’admission, dûment rempli et signé;
  • une preuve indépendante qu’un diplôme en travail social, identifié dans la législation, a été obtenu et que le diplôme a été délivré par un établissement d’enseignement agréé. Les personnes ayant obtenu un diplôme en travail social à l’étranger qui veulent pratiquer la profession du travail social au Canada devraient communiquer avec l’organisme de réglementation en travail social dans la province où elles ont l’intention de vivre et de travailler. Chaque organisme de réglementation peut fournir des renseignements sur les qualifications requises pour pratiquer la profession dans la province en question, l’évaluation des titres de compétences étrangers, les examens qu’il faut passer et les compétences linguistiques requises;
  • des références;
  • une vérification de casier judiciaire ou une autre attestation de bonne moralité;
  • des frais d’inscription.
legislation

INSCRIPTION DES CANDIDATS

Une fois qu'un candidat est membre, il est en mesure d'utiliser le titre de «travailleur social» ou les désignations «TSI», « T.S. ».

Dans certaines provinces, l'adhésion est également nécessaire si l'on pratique le travail social, même si le titre du poste n'est pas « travailleur social » ou si la personne n’utilise pas le titre de « travailleur social ». Chaque province a un cycle de renouvellement d'adhésion pour lequel le membre inscrit doit répondre à des critères spécifiques afin de s’assurer que son adhésion est en règle et qu’il détientles compétences nécessaires pour exercer.

En communiquant avec les organismes provinciaux de réglementation, on peut obtenir des informations spécifiques au sujet du processus de demande d’admission, des plaintes et des procédures disciplinaires, du code de déontologie et des normes de pratique de chaque province.